Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de ccea.over-blog.com
  • : Ce blog existe afin de dénoncer les aberrations et dangers de l'expérimentation animale, en faisant la promotion des méthodes substitutives et en luttant contre toute forme d'exploitation animale.
  • Contact

Recherche

/ / /

      Depuis la mise en place de nos enquêtes nous avons pu déterminer et révéler que le CEDS travail avec : 

 

Le CEDS =  BIO2M ,qui lui est avec SAFE

 

- SAFE DIETS :

http://www.safe-diets.com/fre/index.htm

afin d'obtenir une alimentation pouvant aller jusqu'à induire des pathologies.

 

- LES ECOLES VETERINAIRES, comme celle de Maison Alfort dans le Val de Marne 94.

 

- L'INSERM et les facultés de médecine, les laboratoires privés comme publique...

 

Comme précédemment révélé dans nos communiqués les chiens du CEDS sont aussi utilisés comme matériel en thérapie génique et donc spécifiquement en lien avec les expérimentations liées à l'AFM (Association Française contre les Myopathies) qui via le TELETHON récolte énormément de dons de particuliers,

qui si au lieu d'images educlorées visionnaient la réalité de l'horreur de ces expérimentations seraient certainement moins nombreux et généreux.

Ces enjeux économiques majeurs expliquent l'important deploiement des forces de l'ordre à chacune de nos manifestations... ainsi que la difficulté des médias à relayer la réalité de l'expérimentation animale et ses différents réseaux.

 

La famille Carré :

Mme carré : http://www.centrelaserdijon.com/

source :

http://www.centrelaserdijon.com/index.php?page=l-equipe-medicale 

Comme pour les souches c'est au nom de Mme Carré ! chiffre d'affaire 272 933 €
dirigeant :

Gérant Mme LAGRANGE Monique Lucienne (10/04/1948)
Gérant M CARRE Michel Louis (30/06/1947)

source :

http://www.verif.com/societe/CENTRE-LASER-MEDICAL-CENTER-489658633/

 

leur fils Julien Carré : http://www.drjuliencarre.com/

2eme fils Sébastien Carré : http://www.mermecgroup.com/

sans oublier 2 sci immobilières à Paris ,dont une rive droite ! les souches bien sur !

 

 

 

Mais aussi :

Franck Noël Vétérinaire, directeur d'étude 89 Saint Fargeau Bourgogne - France

Chargé d'étude, BIO 2M

 

rapport de Noël F, Martel D, Varloud M, Serreau D, Carré M
http://www.researchgate.net/publication/225188999_valuation_sur_des_chiens_beagles_dun_aliment_extrud_en_cours_de_dveloppementEvaluation_of_a_newly_developped_extru

 

 

Lisez bien cet article jusqu'au bout.....

 

 

Ci dessous un historique de la situation du CEDS

 

 

Dans l'Yonne à côté de Mezilles... Un petit village si tranquille...

"Michel Carré est le plus important fournisseur agréé de chiens pour les laboratoires, c'est pourquoi One Voice a passé plusieurs mois à enquêter sur son élevage. M. C. est installé depuis 26 ans dans l'Yonne à côté de Mézilles, environ une trentaine de kilomètres à l'ouest d'Auxerre. Il aime manifestement la discrétion car, sur la petite départementale 99 longeant ses bâtiments, seule une pancarte indique le lieu-dit: Les Souches. Pas de publicité ni de panneau, seulement le calme des forêts entourant sa propriété, calme parfois troublé par des aboiements qui ne dérangent que quelques rares voisins à des kilomètres de là. "
Des dizaines de batiments. De multiples aboiements s'échappent des constructions sans fenêtres, notamment d'un grand bâtiment vert à ventilation artificielle. II y a aussi une maternité, non loin de l'habitation familiale, car les C. vivent là. A part des labradors - visibles - et des bergers allemands qui ne le sont pas mais dont on nous a indiqué la présence, on voit surtout des centaines et des centaines de beagles ayant accès à de petites courettes Là, ils sont manifestement en surnombre 17 femelles visibles ont été dénombrées un soir dans l'un d'entre eux. II pourrait y en avoir 20 ans chaque unité, qui ne fait pas 100 m2. Rappelons que la loi exige au minimum 5 m2 par chien dans un chenil, mais on semble l'ignorer au "Centre d'élevage". Sur ce vaste site, personne n'est présent pour empêcher les chiens de se battre, comme nous l'avons constaté à plusieurs reprises. Les morts sont partiellement dévorés par leurs congénères. Témoignage : «Au matin, j'ai retrouvé plusieurs fois des têtes et quelques restes...>>

Nous supposons que les chiens blessés ne sont pas vendus aux laboratoires et deviennent des reproducteurs ou sont euthanasiés comme l'avait révélé l'investigation secrète dans un des élevages d'Harlan en Grande-Bretagne (voir Animaction n°15). Et s'ils se trouvent momentanément en surnombre par rapport aux commandes des « clients », les animaux sont tués également.

Témoignages d'anciens employés

One Voice a rencontré des personnes ayant travaillé dans ce chenil, notamment Jean-Claude Witrant qui a passé cinq années là et a accepté d'être cité. Voici à quoi ressemble la vie des chiens. Ils ne mangent qu'une fois par jour, le matin avant le nettoyage.«0n nous interdisait de les caresser : pas de familiarisation avec eux !» II y avait aussi des
élevages d'autres animaux, dont des sangliers, mais ils ont été supprimés, « de même que tous les lapins de garenne du secteur, par le piège ou le poison: ils risquaient d'exciter les chiens et de les faire aboyer. » M. Witrant souligne que le nombre réel de chiens détenus et produits est un mystère. Le site avait été conçu pour 500 reproductrices, déjà annoncées voici un quart de siècle. Ce chiffre est sans doute dépassé aujourd'hui.

D'après lui, il atteindrait un millier de reproducteurs. On fait faire aux femelles 3 portées en 2 ans, avec une portée moyenne de 5 chiots survivants. Cela représente presque 8 chiots par femelle et par an, soit près de 4000 pour ce « centre d'élevage». OneVoice annonce 3000 chiens produits annuellement par CEDS pour les laboratoires, mais ce chiffre semble bien en dessous de la réalité, hélas. En 1982/84, il y avait déjà 200 femelles, et environ 1000 chiens et chiots en permanence - dont s'occupaient alors 6 employés. Maintenant 14 personnes travaillent là, en plus du couple C. Les périodes de chaleur des chiennes sont gérées par ordinateur. Nous avons entendu d'atroces histoires de césariennes pratiquées notamment par M. et Mme C.: « M. C. était nul, et en tenant moi-même des chiennes, j'ai vu de vraies boucheries : il sortait de leur ventre des morceaux de boyaux au lieu des chiots ... Son épouse s'en tirait mieux. » Notons toutefois, à part un éventuel exercice illégal de la médecine vétérinaire et de vieux faits prescrits comme ceux-ci, que nous ne pouvons rien reprocher légalement à la société CEDS en matière de mauvais traitements ou d'actes de cruauté. Les textes de loi sont inefficaces dans ce domaine précis. Et rappelons que, réglementée par un décret de 1987, la fourniture de chiens pour les laboratoires est légale, comme l'expérimentation animale.

Quel sort pour les chiens ?

Essentiellement utilisés dans le domaine de la toxicologie, les beagles sont livrés aux laboratoires à partir de 4 mois, mais plus fréquemment vers un an, rarement après. Bientôt, nous vous présenterons des cas précis liés à d'autres investigations. Quant aux vieux reproducteurs, ils sont tués et brûlés sur place, comme c'est arrivé massivement il y a 2 ans, au point de gêner des villageois vivant pourtant à 2,5 km. II semble qu'aucun cadavre ne parte à l'équarrissage comme l'exige pourtant la loi (c'était du moins le cas il y a quelques années). Nous avons aussi découvert - lors d'une autre enquête qu'il nous est impossible de dévoiler pour l'instant - que beaucoup d'animaux (chiens, mais aussi lapins chez d'autres fournisseurs) sont sacrifiés pour leur sérum. Modifié, il est utilisé pour essayer de pallier des rejets de greffes par exemple. C'est une lucrative opération car ce sérum spécial est vendu plus de 5 F (soit 0,76 ?) le millilitre. Quand les stocks manquent, on peut exsanguiner complètement l'animal. Nous avons de bonnes raisons de croire que cela est aussi réalisé sur place, aux Souches - il n'y aurait donc pas que de l'élevage.
Mais il n'est pas certain que cette hideuse pratique soit assimilée pleinement à de l'expérimentation animale, car c'est une « euthanasie humaine » dont les victimes ne sont même pas comptabilisées dans les statistiques officielles."

Pour signer la pétition, cliquez sur l'adresse ci-dessous :

http://lapetition.be/en-li gne/petition-5941.html

 

 

 

source one voice avant disparition et http://www.facebook.com/media/set/?set=a.283627471650799.85436.100000106460273&type=1

 

 

 

  Car malheureusement le témoin a retourné sa veste et l'eleveur a attaqué ONE VOICE en diffamation et a gagné !!! Depuis le témoin est mort.....

 

 

 

Mais ce n'est pas fini pour autant car le CCE²A décide stratégiquement de mettre en lumière cet élevage de chiens à destination des laboratoires qui est le plus grand de France voir d'Europe.

 

 

 

Cet élevage date de 1974 et est le plus grand élevage de chiens de laboratoire de France.

Article trouvé sur :

http://www.facebook.com/note.php?note_id=131556220224625

Un peu d'histoire ... :

CHENIL FOURNISSANT EN TOUTE LEGALITE DES CHIENS AUX LABOS
Voici des propos venant de Mr et Mme Carré, créateurs de l'elevage situé à Mezilles dans l'Yonne pour revenir sur les experiences pratiquées sur les chiens en thérapie génique. Pas besoin d'aller à l'étranger pour mettre son nez dans ce genre de dégueulasseries...Le centre d’élevage du domaine des Souches (CEDS) à Mézilles n’est pas un chenil comme les autres. Il fournit des chiens à différents laboratoires de recherches bio-médicales, en toute légalité.Le CEDS s’étend sur 14 hectares au lieu-dit les Souches, situé au milieu d’un groupement forestier d’environ 800 hectares. Michel et Monique Carré ont implanté ce chenil en 1974. « Nous avons fait une étude de marché et la demande était alors importante », raconte Michel Carré, ancien ingénieur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM). Avec son épouse, titulaire d’une maîtrise de biophysiologie animale, ils ont décidé d’arrêter la recherche et de se lancer dans l’élevage de chiens spécifique à l’expérimentation animale.L’activité est légale et très réglementée. Le centre est soumis à autorisation préfectorale. C’est un établissement classé, agréé pour 500 femelles reproductrices. Quinze personnes y travaillent à plein temps dont un vétérinaire. Selon les époux Carré, le chenil abrite un millier de chiens en permanence dont environ 300 femelles. « Nous élevons principalement des beagles, race la plus propice aux tests d’efficacité et de sécurité des médicaments et à la mise au point de certaines techniques chirurgicales, explique Michel Carré. Nous avons aussi quelques golden croisés, des chiens plus grands, qui servent pour des tests d’alimentation et de techniques reproductrices.

PRECAUTIONS SANITAIRES
Le chenil compte vingt boxes de reproduction avec une cours d’évolution en plein air, communiquant avec des chenils couverts et fermés. Chaque « unité » abrite un mâle et une douzaine de femelles. Tous les boxes sont identifiés et disposent d’abreuvoirs et de systèmes d’alimentation automatiques. Les unités sont nettoyées chaque jour et désinfectées une fois par semaine.Les animaux sont soumis à un protocole de vaccination, de vermifuges et de soins divers. Seule exception, les chiens isolés dans un grand bâtiment vert qui bénéficient d’un statut sanitaire à part. « Ils sont élevés dans des conditions particulières car ils entrent dans des tests de fabrication spécifiques à l’espèce canine, explique Monique Carré. Pour des mesures sanitaires, ils ne peuvent être en contact avec l’extérieur. »Le centre dispose également de trois unités de maternité où les femelles sont hébergées un peu avant la naissance des petits et quelques semaines après. Les règles sanitaires sont très strictes. Toute personne entrant dans le chenil doit être vêtue d’une combinaison et de bottes. Dans les maternités, les visiteurs doivent en plus recouvrir leurs bottes d’une housse de protection en plastique.

AUTORISATION ET CONTROLE
Le CEDS est soumis au contrôle de la direction départementale des services vétérinaires (DSV) qui peut à tout moment venir faire une inspection. Elle peut intervenir de son propre chef ou sur demande du préfet. « Les contrôles inopinés sont souvent motivés par des dénonciations », explique t-on à la DSV. Ce fut le cas récemment au domaine des Souches après l’arrivée d’un courrier en préfecture. « Pour nous, tout se passe bien dans ce centre d’élevage. Il n’y a rien à signaler jusqu’à présent. »Les époux Carré affirment n’avoir jamais eu aucun souci avec les associations de protection des animaux pendant près de 25 ans. « Depuis deux ans environ, nous sommes dans le collimateur de One Voice, explique Michel Carré. Des militants sont venus il y a quelques mois pour enquêter sur notre établissement. Ils ont publié un reportage tendancieux dans leur bulletin d’information. »Michel Foin, maire de Mézilles depuis mars a visité le centre d’élevage début juillet. « Le chenil est très bien entretenu. J’ai été assez étonné par toutes les précautions sanitaires qui sont prises », affirme le maire. Jean-Claude Witrant a été employé au domaine pendant quelques années. S’il avoue ne pas être resté en très bon terme avec ses anciens patrons, il estime que les chiens des Souches sont élevés dans de bonnes conditions. « Si on critique ce chenil, il y a beaucoup à faire dans les autres élevages du département. Sans parler des élevages clandestins chez des particuliers. » Mais ce n’est pas le chenil qui est au cœur du débat. C’est la destinée des animaux qui en sortent. En s’en prenant au domaine des Souches, One Voice veut alerter l’opinion sur « les expériences barbares » pratiquées sur les animaux au nom de la recherche.

Une manifestation a déjà eu lieu le 30 octobre 2010

http://www.youtube.com/watch?v=mHzS4Eg-4rc
Plus de 250 personnes étaient présentes. Nous sommes allés jusqu'à l'élevage mais il n'a pas été possible que quelques-uns entrent pour voir l'élevage. Néanmoins, la manifestation a été médiatisée et a permis de faire connaître cet élevage.

Résumés de la dernière manifestation :
http://ccea.over-blog.com/article-compte-rendu-de-l-organisation-de-la-marche-silencieuse-et-non-violente-pour-les-droits-des-animaux-du-30-octobre-2010-a-mezilles-63541164.html
http://www.lepost.fr/article/2010/11/01/2288626_marche-silencieuse-a-mezilles-le-30-septembre-contre-l-elevage-de-chiens-pour-labos.html

Page facebook du CCE²A :
http://www.facebook.com/pages/CCEA-Collectif-Contre-LExp%C3%A9rimentation-et-lExploitation-lAnimale/182302065129379

Groupes facebook :
http://www.facebook.com/group.php?gid=124532907597188#!/group.php?gid=124532907597188&v=wall
http://www.facebook.com/group.php?gid=151267188231138#!/group.php?gid=151267188231138&v=wall

 

 

 

11195735.jpg_300x235.jpg

 

 

 

L'Europe renforce la protection des animaux destinés à la recherche. Le point de vue d'un fournisseur de chiens en Puisaye sur la nouvelle directive.

 

Natalie Favart-Hamelin

 

 

Carole et Pierre Martin (*) élèvent à Mézilles depuis plus de trente-cinq ans des beagles destinés à la recherche médicale et pharmaceutique, humaine et animale. Ils apportent leur éclairage sur la nouvelle directive.

 

n Le Parlement européen vient d'édicter un texte visant à renforcer la protection des animaux utilisés à des fins d'expérimentation. Concrètement, ça change quoi, pour vous, éleveurs ?

 

Pas grand-chose. On réaffirme des choses qui ont toujours été dites, c'est-à-dire que pour pouvoir faire des expérimentations sur un animal, il faut que l'étude soit pertinente, que l'animal soit adapté, et qu'il n'existe pas de méthodes alternatives. L'ancienne directive permettait aux chercheurs d'avoir recours à des fournisseurs plus ou moins contrôlés, et même à des animaux errants, mais il faut savoir que cela n'avait déjà plus cours en France. C'est la finalité de notre établissement. Les utilisateurs doivent faire appel à des centres dont c'est la vocation unique.

n En quoi le recours à un centre d'élevage spécifique améliore les conditions de la recherche ?

 

En utilisant des groupes homogènes, des animaux en bonne santé, on en réduit le nombre. La notion de traçabilité est également indispensable pour l'élaboration de médicaments. Nous avons un manuel qualité à respecter, qui définit la manière d'élever les animaux, le suivi sanitaire depuis la naissance de l'animal. Nous répondons aux audits de nos clients, et diligentons des audits internes.

 

n La directive insiste sur la notion de bien-être animal. Comment concilier les impératifs de la recherche et l'approche éthique de l'expérimentation, et dans quelle mesure intervient l'éleveur ?

 

Nous avons un comité d'éthique, agréé par la Commission nationale de réflexion sur l'expérimentation animale. C'est la clé de voûte de notre travail. Il faut savoir qu'on ne peut se passer de l'expérimentation dans certains domaines. Le législateur impose des études pour les médicaments, par exemple. Pour la santé humaine, mais aussi animale. Les vaccins pour les animaux sont testés sur des animaux. Nous n'avons jamais fourni de chiens pour la cosmétologie. Mais pour la santé animale, la sécurité du médicament, et certaines techniques chirurgicales, comme les biomatériaux, les prothèses, la cardiologie. Chercheurs et éleveurs sont sous surveillance. Nous sommes très vigilants sur le professionnalisme des gens qui travaillent avec les animaux. Le contact avec le soigneur est primordial. Nos animaux vivent en groupes harmonieux, ils ont accès à l'extérieur. Nous nous sommes battus pour que ça se passe comme ça en laboratoire, que les chiens soient hébergés deux par deux, voire plus. Et nous connaissons nos clients. n

 

(*) Il s'agit de noms d'emprunt. Régulièrement menacé, le couple ne souhaite pas être identifié.

 

http://www.lyonne.fr/editions_locales/puisaye/_l_ethique_la_cle_de_voute_de_notre_travail_@CARGNjFdJSsGER8ABx0-.html

 

 

 

Informations obtenues grâce à la première manifestation non-violente de grande ampleur à Mézilles du 30.10.10 organisée par le CCE²A :

 

 

MEZILLES ELEVAGE DE CHIENS DESTINES AUX LABORATOIRES

 

Cet élevage date de 1974 et est le plus grand élevage de chiens de laboratoire de France. Honte à la France encore une fois!!!

 

Réponse du Centre d’Elevage Des Souches à M. Christophe Marie de la Fondation Brigitte Bardot

 

1) Nombre de chiens reproducteurs (mâles/femelles) de l’élevage :

Race Beagle : 21 mâles – 230 à 250 femelles

Race Golden : 7 mâles – 50 à 60 femelles

 

2) Nombre de portées/an/chienne et nombre moyen de chiots par portée :

Race Beagle : 1 à 1,2/an/chienne avec 5 chiots/portée

Race Golden : adaptation de la reproduction selon besoins, avec un nombre maximum de 1,2 portées/an et par chienne

 

3) Age au départ des animaux et sociabilisation :

Sociabilisation des chiots à partir de l’âge de 3 semaines en présence de la mère et jusqu’au départ (procédure interne avec contact journalier des animaliers et soigneurs et suivi comportemental effectué par personnes dédiées plus précisément à cette tâche)

Age de départ : à partir de 8 mois pour la plupart des animaux, entre 2 et 3 mois pour des demandes spécifiques réglementaires à finalité de contrôle de vaccins canins.

 

4) Soins vétérinaires :

Présence à temps complet d’un vétérinaire avec mandat sanitaire, salarié du site, responsable du suivi des animaux. L’ensemble du suivi sanitaire et comportemental des animaux est géré par une Assurance Qualité (manuel qualité/procédures/enregistrements relatifs à la qualité)

 

5) Hébergement des animaux :

Les conditions d’hébergement des animaux (superficie des boxes, nombre d’animaux par box, accès à l’extérieur) respectent au minimum les recommandations mises en place dans l’annexe A du 15 juin 2006 de la convention ETS123 du Conseil de l’Europe et reprises dans la nouvelle directive 2010/63/UE du 22 septembre 2010 article 22 et annexe III B 4 page L276/61 du JO du 20 octobre 2010.

 

Les animaux reproducteurs sont hébergés en harem composés de 1 mâle et 10 à 14 femelles qui lui sont attribuées, dans des boxes intérieurs avec une courette en libre accès donnant sur l’extérieur.

Les jeunes chiens et adultes destinés au départ sont hébergés en groupes harmonieux de 10 à 25 animaux répartis selon leur âge, taille et sexe, dans des boxes avec habitat intérieur et courette en libre accès donnant sur l’extérieur.

Les femelle gestantes et avec leur portée sont hébergées en box individuel dans des bâtiments fermés à température contrôlée, dits « maternités ».

 

Certains animaux sont hébergés dans des locaux sans accès sur l’extérieur, pour répondre à des demandes spécifiques particulières fixées en accord avec le vétérinaire responsable et régies par un cahier des charges.

Les dimensions de chaque box peuvent varier. Par exemple : surface de 60m² pour 24 animaux de moins de 20kgs (jeunes chiens et adultes) et surface de 44m² pour un maximum de 15 chiens (reproducteurs de moins de 20kgs)

 

6) Personnel dédié aux soins des animaux :

15 animaliers, techniciens animaliers et vétérinaire sont affectés directement aux soins des animaux. L’ensemble du personnel est salarié de la société (4 salariés supplémentaires en gestion administrative).

 

7) Destination des animaux – Nature des expérimentations :

Les animaux sont uniquement destinés à la recherche en santé humaine et animale. Les domaines principaux sont :

- sécurité du médicament

- mise au point de vaccins (exclusivement canins)

- programmes de recherche sur les maladies graves humaines (modèle golden/INSERM – ENV)

- chirurgie expérimentale et mises au point de nouveaux biomatériaux

 

Destination : France et pays limitrophes européens pour des centres de recherche répondant à la réglementation en cours en matière d’autorisation.

 

 

 

 

 

 Voici le site en question :

 

 

souches-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Les implications des propriétaires :  

 

 

L'équipe administrative de Mézilles 2011

Voici les services municipaux de la commune de Mézilles.

 

Maire de Mézilles Monsieur Foin DANIEL

 

Adjoints et Conseillers municipaux de la mairie de Mézilles :

Mme Isabelle BARASSIN M. Michel BREUILLÉ M. Michel CARRÉ
M. Bernard CARRE M. Laurent CHESNET M. Yves DE ROYER-DUPRE
Mme Francine DIEU M. Olivier DUPUIS M. Francis FERRETTI
M. Daniel FOIN M. Daniel GORDEBECKE Mme Madeleine MARECHAL
M. Jean-Claude OBERT Mme Christiane PIERRAIN Mme Thérèse RAGON

 

 

 

  source :

 

  http://www.annuaire-mairie.fr/mairie-mezilles.html

 

 

 

M. CARRE Michel ,Président du centre d'enfouissement des déchets de Ronchères

 

Syndicat Mixte de Puisaye

 

Bois des Vaunottes

 

89170 RONCHERES

 

Tél : 03 86 74 28 70

 

Télécopie : 03 86 74 28 74

 

Président : M. Michel CARRE
Directeur : M. Paul-Henri DELAMOUR

 

Ambassadrices du tri : Melle Magali TANDY et Melle Dorothée LABARDIN

 

source :

 

http://www.ccpf.fr/?page_id=110

 

Mais M. Michel Carré Louis est aussi Président de la communauté de commune de l'Auxerrois en 2013

 

 

 

Partager cette page

Repost 0